Avantages & inconvénients : acheter en Suisse ou France

Acheter en Suisse

L’attrait des prix souvent moins onéreux des logements en France peut se révéler ne pas être une bonne opération pour les frontaliers suisses. Ne pas vouloir acheter en Suisse pour bénéficier de meilleurs prix immobiliers n’est pas toujours la bonne solution.

 

L’attrait d’un bien frontalier

 

La pénurie de logements dans la région Genevoise ne vous permet pas d’acheter en Suisse. De plus en plus de personnes choisissent d’acheter à la frontière côté français où les prix sont plus attractifs et les logements plus nombreux. La libre circulation entre la France et la Suisse a facilité ce choix de vie pour de nombreux Suisses qui traversent chaque jour la frontière pour aller travailler et rentrer dans leur domicile français.

 

Bien prendre en compte la législation française

 

C’est la loi du lieu du bien à acquérir qui s’applique et non celle de la nationalité de l’acheteur. Il faudra donc bien l’étudier, notamment en cas de contrat de mariage. Le recours à un notaire, obligatoire pour toute transaction immobilière, sera à ce niveau également très important. Au niveau couverture sociale, des mauvaises surprises peuvent être à attendre. Alors qu’auparavant les frontaliers avaient le choix entre la Sécurité Sociale, la Lamal ou une couverture privée, ceux qui auront choisi cette dernière option sont désormais automatiquement affiliés à la sécurité sociale, bien plus chère et qui ne permet pas de d’être remboursée de soins pratiqués en Suisse.

 

Le financement du bien

 

Au moment du financement de votre bien, il vous faudra choisir la monnaie dans laquelle vous souhaitez faire votre emprunt ainsi que celle de vos fonds propres apportés lors de l’acquisition. A la différence d’acheter en Suisse où le franc suisse sera votre monnaie de transaction, vous aurez le choix entre l’euro et le franc suisse pour l’acquisition de votre bien en France. Le choix peut s’avérer compliqué même si on choisit par principe le plus fréquemment la monnaie du pays dans lequel on achète le bien. Si vous choisissez d’opter pour l’euro et que votre salaire est lui en franc suisse, la valeur de votre bien ainsi que l’emprunt et les intérêts seront indexés sur cette monnaie. Donc, si elle est moins forte que le franc suisse, votre bien perdra en valeur mais votre emprunt et ses intérêts diminueront également, vous ne serez donc pas vraiment perdants. Par contre, si l’euro prend de la valeur par rapport au franc suisse, a contrario votre bien prendra de la valeur mais votre taux d’intérêt et vos mensualités pourraient se voir lourdement impactées à la hausse. Concernant le choix de la banque pour effectuer votre emprunt, qu’elle soit suisse ou française c’est la durée d’amortissement usuelle en France (20 ou 25 ans) qui sera impactée sur votre crédit.

 

Les droits de succession d’un bien acheté en France différents d’un bien acheté en Suisse

 

Les droits de succession d’un bien Suisse pour des héritiers demeurant en France seront soumis à la législation française. Cet impôt est bien plus important en France qu’en Suisse, où il est calculé en fonction du lien de parenté des héritiers avec le défunt et à l’échelon cantonal. Il peut parfois être nul en cas de filiation directe mais n’atteint, de toute façon, jamais les sommes demandées par les impôts français.


Articles liés

Acheter en Suisse ou en France

Acheter en Suisse ou en France